Publié le 22 juin 2020 - Par la rédaction

Retour sur notre LIVE avec Annick Cojean

Nous avons eu l’honneur de recevoir en LIVE Instagram vendredi 12 juin, la journaliste Annick Cojean !

Célèbre Grand Reporter du quotidien le Monde, autrice, lauréate et Présidente du Prix Albert-Londres… Une femme lumineuse et chaleureuse qui incarne les valeurs de sororité et d’empathie qui nous sont si chères. Une rôle modèle, nous espérons, pour beaucoup de journalistes !

Simone Veil, Diana Spencer, les femmes du Harem de Khadafi… Ce sont autant de femmes, avec des millions d’autres, à qui Annick Cojean a donné la parole dans ses articles et dans ses ouvrages.

Annick nous a parlé de sa carrière, de sa mère, de ses engagements, de sa vision du Prix Albert Londres et de son dernier livre, un roman graphique : « Simone Veil ou la force d’une femme » (Éditions Plon Steinkis). Un hommage à Simone Veil, et à son engagement viscéral pour les femmes, pour la sororité et pour l’Europe.

Cette interview est à revoir en intégralité sur IGTV ici : https://www.instagram.com/tv/CBV0ypJKQiM/

Découvrez les réponses d’Annick Cojean aux 5Q du médiaClub’Elles :

  • D’où vient votre force ? Il s’agit plutôt d’un équilibre, d’une joie intérieure, d’une jubilation à vivre. Cela vient d’une confiance, de l’enfance, de ma mère. D’avoir fait le bon choix de vie aussi avec ce métier, d’être bien entourée.
  • Quelle est votre icône féminine dans les médias ? J’adorais Anne Sinclair quand j’étais petite. Aujourd’hui j’admire des femmes Grands Reporters : Elise Lucet, Marine Jacquemin, Maryse Burgot…
  • Si Dieu était une femme, comment serait-elle ? J’ai du mal à sexuer Dieu… Si elle avait été une femme, elle aurait été plus attentive.
  • Quel est le truc le plus fou que vous ayez fait pour dépasser vos freins ? Oh j’ai toujours la trouille avant chaque interview, j’ai toujours peur de ne pas réussir, donc je n’ai pas trouvé de remède miracle… À chaque fois je fais confiance à la personne que je vais rencontrer. Je frôle toujours la catastrophe, mais il y a toujours des petits miracles qui se produisent… Il y a toujours quelqu’un qui intervient, une complicité qui se met en place… donc je n’ai que des bons souvenirs.
  • Votre remède miracle pour améliorer la parité dans les médias ? Il faut faire ce qu’on a réussi en politique : exiger 50/50 dans tous nos médias. Cela doit être une règle interne dans tous les organismes. Il faut faire jouer la sororité, il faut se soutenir : ensemble on fait bouger les choses quand on est nombreuses. Et rallions les hommes ! Il portent la responsabilité de la parité aussi, c’est à eux de faire bouger les choses. Utilisons ce mot « féminisme » qui est un joli mot ! Et un des seuls mots en « isme », comme disait Benoîte Groult, qui n’ait pas fait de morts !

#sororité #journalisme #PrixAlbertLondres

Flattr this!

A ne pas manquer
12 juin 2020 - Par la rédaction

« Content Creatives Incubator » : la sélection 2020 est...

Banijay, Université Côte d’Azur et la Mairie de Cannes lancent le « Content Creatives Incubator » un concept inédit de résidence de projets pour les étudiants et les jeunes diplômés créatifs âgés jusqu'à 30 ans. Cette résidence gratuite de trois semaines...

20 mai 2020 - Par la rédaction

Retour sur notre LIVE instagram avec Noémie de Lattre

Noémie est actrice, autrice et metteuse en scène. C'était un plaisir de lui remettre en février dernier le Trophée de l'Audace, et de récompenser le travail formidable qu'elle fait sur les réseaux sociaux pour parler de féminisme à toutes et tous. Noémie a conquis le...