Publié le 24 juin 2013 - Par la rédaction

Bilan de la Masterclass sur l’écriture en animation, en partenariat avec Gulli.

La deuxième Masterclass sur l’écriture en animation, organisée par The Media Faculty, Gulli et CITIA avec le soutien du médiaClub et d’Imaginove, vient de se terminer.

 

Les 10 et 11 juin, plus de 60 professionnels en provenance d’une dizaine de pays (Argentine, Mexique, Brésil, Australie, Suisse, Belgique, France…) se sont réunis autour de grands noms de l’animation en France et à l’international : Dean DeBlois, scénariste, réalisateur et producteur, Doug Sloan, scénariste et Cressida Cowell, auteur du livre pour enfants « How to train your Dragon », maitres d’oeuvre du nouveau succès planétaire de DREAMWORKS, How to train your Dragon 2 ; Steve Balissat, Producteur artistique, ElLLIPSEANIME / DARGAUD pour Linkers ; Philippe Alessandri, CEO, TELE IMAGES Productions, Giogio Welter, Producteur, TELE IMAGES Productions pour Foot 2 Rue Extrême, Rich Magallanes, Senior Vice-President, NICKELODEON Animation, Current Series, David Michel, Directeur général, MARATHON MEDIA et SVP / Marketing, Zodiak Media pour Lapins crétins et Blake et les Aliens ; Eryk Casemiro, Chief creative officer chez Kids Marathon Media, Emmanuelle Baril, Directrice des coproductions et du développement animation et fictions des chaînes TV Lagardère Active.

Comme en 2012, le principe de cette Masterclass était de privilégier les conseils d’experts, les études de cas et le partage d’expériences pour répondre à ces nouveaux défis que propose le transmédia et donner les clés nécessaires à un travail d’écriture novateur en animation.

Au cours des débats animés par Jean-Marc Auclair plusieurs constats sont apparus.
Si certains projets se prêtent particulièrement à des développements transmedia, voire sont pensés dans ce cadre, ce qui n’est pas le cas de toutes les séries d’animation, la base d’un succès reste une bonne histoire.

Tous se sont accordés à dire qu’il faut d’abord conquérir le coeur des téléspectateurs, créer des personnages auxquels ils s’attachent, pour leur donner l’envie de vivre avec eux de nouvelles expériences sur d’autres supports que la télévision : contenus digitaux (sites web, applications, jeux vidéo…) qui permettent plus qu’aucun autre aux enfants de devenir le héros de l’histoire, livres, disques, jouets…

La richesse de la narration permet d’imaginer diverses déclinaisons et des passerelles se créent entre les différents média qui se nourrissent mutuellement et décuplent la visibilité du programme.

Concevoir cette matière tout au long de la production pour mutualiser les coûts ou attendre le succès d’une première saison pour investir, chacun sa méthode. Reste que les investissements, portés par les producteurs avec les diffuseurs, sont à l’heure actuelle encore modestes car un modèle économique est encore à trouver.

Mais les développements techniques accélérés, l’équipement multimédia des ménages qui explose, les usages multitasking qui se développent permettent de penser que beaucoup d’histoires sont encore à écrire et à décliner.

Même si la télévision reste un moment de détente privilégié pour les enfants qui continue largement à y regarder de l’animation.

Plus de photos ici

A ne pas manquer
11 janvier 2023 - Par admin

Débat le 26 janvier – 19h à Sciences Po : « Sciences...

Le groupe Environnement et Développement durable vous invite à débattre autour du sujet : Sciences comportementales et nouveaux récits,accélérateurs décisifs de la transformation responsable : leviers individuels, collectifs ou instruments de politique publique...

19 décembre 2022 - Par admin

⌈SAVE THE DATE⌋ The Media Faculty organise sa 6ème...

The Media Faculty organise la sixième édition de la formation évènement Nouvelle Fiction Française et internationale: Les co-productions   les 11 et 12 mai 2023 aux portes de Paris à Commune Image à Saint Ouen. Crée en 2016, la...